L'AVC chez le chien

Image illustrant l'article L'AVC chez le chien

Même s’il est plus rare chez les chiens que chez les humains, l’AVC peut sévir à tout moment au sein de la population canine, surtout chez les sujets les plus âgés.

Comme pour nous, humains, les chiens peuvent aussi être victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Ce dernier constitue une épreuve difficile à vivre, pour l’animal comme pour son propriétaire, qui ressent souvent une sorte d’impuissance face à la souffrance de son chien, ainsi qu’une grande inquiétude concernant son état de santé. Car l’AVC peut avoir des conséquences sur l’organisme, avec des séquelles plus ou moins graves. Quelles sont les causes de l’AVC ? Quels en sont les symptômes ? Que faut-il faire en cas d’AVC chez son chien et en quoi consiste le traitement ?

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un accident vasculaire cérébral correspond à l’apparition soudaine de troubles neurologiques liés à un dysfonctionnement dans la circulation sanguine au niveau du cerveau. Elle peut être de 2 types :

  • L’accident vasculaire cérébral ischémique, ou infarctus cérébral, qui survient lorsqu’une artère est obstruée, empêchant l’irrigation sanguine du cerveau.
  • L’accident vasculaire cérébral hémorragique, ou hémorragie cérébrale, qui correspond à un important saignement dans le cerveau, notamment à cause de la rupture d’un vaisseau sanguin.

Comme chez l’humain, l’AVC peut avoir des séquelles plus ou moins graves chez le chien, mais elles ne sont pas toutes irréversibles.

Quels sont les symptômes d’un AVC ?

Dans la plupart des cas, rien ne laisse présager la survenue imminente d’un AVC. Cependant, certains symptômes peuvent précéder le déclenchement de la crise chez le chien : faiblesse soudaine, difficulté à avaler, démarche chancelante, convulsion, voire coma…

Le chien peut être retrouvé quasiment immobile, couché par terre, avec éventuellement des traces de rejet près de lui. Il peut ne pas réagir à vos appels pendant un long moment. Un regard hébété peut également laisser suspecter un AVC. En ne parvenant plus vers le cerveau, le sang n’y transporte donc plus d’oxygène, ce qui est susceptible de causer de graves dommages si la durée de cette « asphyxie » cérébrale dépasse les 3 minutes.

Il faut donc réagir le plus vite possible pour sauver son chien.

Comment réagir ?

Lorsqu’un chien est victime d’un AVC, la première chose à faire est de se tenir près de lui pour le rassurer. Il faut lui parler, le caresser, de manière à voir s’il peut répondre à ces sollicitations.

Il s’agit ensuite de l’aider tout doucement à se tenir sur ses pattes, ou au moins à s’asseoir, afin de l’observer en détail. L’objectif est alors de voir s’il arrive à retrouver son équilibre, s’il peut marcher normalement sans tituber, si ses yeux sont agités, s’il a des convulsions ou de la fièvre.

Il est urgent de l’emmener chez le vétérinaire, peu importe si un retour à la normale a été constaté dans son attitude ou que les signes persistent.

Chez le vétérinaire

La visite chez le vétérinaire ou aux urgences vétérinaires consécutive à un AVC a pour objectif de faire évaluer l’état de l’animal. Si la réaction a été rapide, les chances d’établir la cause de l’attaque sont grandes. Le médecin peut alors prescrire un traitement contre le problème identifié. Sinon, les soins consisteront à favoriser la rééducation du chien et à agir, si possible, sur les lésions causées par l’AVC.

Plusieurs types d’examens peuvent être envisagés, allant de l’IRM au scanner cérébral, en passant par l’électrocardiographie et l’échographie cardiaque, en fonction de la cause suspectée (anévrisme, hypertension artérielle, tumeur…). Le vétérinaire évalue également l’état des connexions nerveuses en effectuant des tests de réflexe.

Les suites d’un AVC

Après un AVC, le chien passe par une étape de rééducation permettant d’atténuer, dans la mesure du possible, les lésions et le handicap consécutifs à la crise.

Durant cette période, l’animal doit être ménagé et son repos favorisé. Il a besoin d’un calme absolu de manière à se reposer et dormir correctement. On doit l’accompagner dans ce processus lui permettant de retrouver progressivement ses forces et ses capacités de mouvement, d’équilibre ou encore d’alimentation.

Il faut garder à l’esprit qu’un AVC peut avoir différentes suites, plus ou moins heureuses. Un progrès peut être observé, tout comme une éventuelle nouvelle attaque. Le maître doit rester vigilant pour pouvoir réagir à temps.


"Après l'accident de mon petit Ralph, mon jeune Boston Terrier, les soins m'ont coûté une fortune ! Entre les consultations chez le vétérinaire, l'opération et les médicaments... Maintenant, avec l'assurance pour chien à laquelle j'ai souscrit il y a peu, je peux affronter le futur plus sereinement ! " (Justine, 23 ans)

Si vous aimez votre chien, faites comme Justine, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !


On en parle sur le forum

Oedeme pulmonaire chez le chien Répondre Sujet de Emilie de Chien.fr | Le Samedi 05 Décembre 2015 à 15:41
Vaccin chez le chien âgé Répondre Sujet de pearl | Le Mardi 28 Juin 2016 à 17:27
Pourquoi mon chien se cache quand un(e) inconnu(e) est chez moi ? Répondre Sujet de Alphonse Herbin | Le Mercredi 16 Novembre 2016 à 09:40
Quels sont les symptômes du cancer chez le chien ? Répondre Sujet de Christian Bret | Le Lundi 28 Novembre 2016 à 09:49
Mon chien a une haleine de chien ! Répondre Sujet de Jérôme Bernier | Le Jeudi 29 Septembre 2016 à 11:07
Vous avez une question ?
N'hésitez pas à demander conseil aux visiteurs de Chien.fr sur le forum !

Commentaires

Aucun commentaire

Veuillez vous inscrire ou vous connecter pour pouvoir commenter !

    Soyez le premier à commenter cet article !