Les pièges à éviter pour assurer son chien

Image illustrant l'article Les pièges à éviter pour assurer son chien

Souscrire une assurance pour son chien est une décision pertinente qui comporte de nombreux avantages. Toutefois, elle ne peut être réellement profitable que si l’on est capable d’identifier et d’éviter les pièges garantissant le bon remboursement des frais de santé de son compagnon à 4 pattes.

Il existe, en effet, un certain nombre de points et de critères à étudier de très près pour être sûr de ne pas être déçu.

Les primes d’assurance

Le montant des primes d’assurance sont un élément fondamental dans le choix de l’assureur et de la formule qu’il propose. Plusieurs facteurs entrent en compte dans le calcul de cette prime d’assurance, dont l’âge et la race du chien.

Il faut aussi savoir que les primes sont susceptibles d’augmenter chaque année et que certaines agences appliquent des hausses plus ou moins importantes avec les chiens séniors (à partir de 12 ans généralement). D’où l’importance de s’intéresser de très près à ces primes au moment d’opter pour un assureur.

Les modalités de remboursement

Autre élément à prendre en compte avant d’opter pour une assurance pour son chien, les modalités de remboursement peuvent énormément varier d’une agence à une autre.

Il est donc vivement recommandé de se renseigner dument à propos des taux de remboursements et de leurs délais, ainsi que des cotisations et des frais annexes, comme ceux liés à l’ouverture de dossier.

Le délai de carence

Dans toutes les polices d’assurance et quel que soit le domaine concerné, les agences appliquent un délai de carence. Ce dernier correspond à un intervalle de temps minimal s’étendant entre le début de l’effet de ladite assurance et le moment à partir duquel on peut commencer à bénéficier de la garantie qu’elle procure.

En matière d’assurance pour chien et pour animaux de compagnie en général, ce délai de carence est très variable, allant de quelques jours à plusieurs mois. Le but de cette démarche pour les assureurs est d’exclure les maladies ou accidents dont le chien serait susceptible de souffrir avant que son propriétaire n’ait souscrit à l’assurance.

A savoir également

Il faut aussi savoir que, dans la plupart des cas, les agences proposant des prestations d’assurance pour chien appliquent des limites d’âges. Autrement dit, il n’est pas possible de souscrire une assurance pour son chien si celui-ci n’a pas encore atteint l’âge minimal (généralement autour de 2 ou 3 ans) ou s’il a dépassé la limite d’âge maximum (9 ou 10 ans).

En outre, l’obligation de faire identifier son animal (par puce électronique ou tatouage) et la nécessité de mettre à jour les vaccins de son chien font partie des conditions préalables exigées par les agences avant de proposer une assurance.

Enfin, il existe également une clause revêtant une grande importance dans la souscription à une assurance pour chien, celle relative aux conditions de résiliation. Ce point est d’autant plus sensible lorsque le chien à assurer souffre d’une maladie chronique ou grave et qu’il nécessite donc des soins et des traitements réguliers.

Prenez le temps d’examiner ces aspects et comparez les offres pour optimiser vos chances de choisir la meilleure assurance possible pour votre chien.


"Après l'accident de mon petit Ralph, mon jeune Boston Terrier, les soins m'ont coûté une fortune ! Entre les consultations chez le vétérinaire, l'opération et les médicaments... Maintenant, avec l'assurance pour chien à laquelle j'ai souscrit il y a peu, je peux affronter le futur plus sereinement ! " (Justine, 23 ans)

Si vous aimez votre chien, faites comme Justine, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Commentaires

Aucun commentaire

    Soyez le premier à commenter cet article !